Situation géographique et histoire.

   Située entre Le Mans et La Ferté-Bernard et à proximité de Montfort-le-Gesnois, la Commune de LOMBRON d'une superficie de 2411 hectares et d'une population de 1976 habitants est un village paisible et agréable tant par sa qualité de vie mais aussi par sa situation géographique.

   Le territoire communal se partage en deux zones d'étendue sensiblement égale : Une région montueuse constituée au Nord-Est par les buttes de Montrentin (130m), de Paradis et Crémillé (118m); au Sud-Est, la butte des Jubaudières (110m) et le Vallon du Barrois, ruisseau coulant entre la butte de la Porte (100m) et celle de Lauresse.

   Au Nord-Ouest, les prairies du Pays-Bas sont constituées par un limon sablonneux recouvrant la couche d'argile sous-jacente qui en maintient l'humidité; elles sont irriguées par les ruisseaux de l'Ortier et de Crocieux, grossi du Lombron, affluents du Merdereau lequel conduit ses eaux vers la Vive Parence.

   L'ancien hameau du Pissot (actuellement un lieu-dit) est situé dans cette zone géographique, il tient son nom du ruisselet qui coule tout près du carrefour du même nom.

 

Carte des environs de la commune.Vue satellite des environs de la commune.

 

Les origines.

 (Cliquer sur les textes en bleu pour accéder aux liens)
 Lombron est un toponyme d'origine celtique dont la racine "bron" désigne un lieu boueux, marécageux (La motte de Bresteau (voir plus bas), encore visible de nos jours, s'élevait d'environ 2 mètres au dessus d'un emplacement bourbeux au sud-est d'une enceinte entourée de fossés alimentés par le ruisseau de Crocieux dans toute la longueur de l'enceinte). Le travail des hommes au cours des siècles a transformé le site et en a fait "Les planches maraîchères de la vallée".

  La toponymie nous révèle encore l'antique occupation du territoire communal. D'après le linguiste Roger VERDIER (la Cénomanie gallo-romaine), l'important domaine d'Arancé (Arantius) s'étendait sur 500 ha sur les communes de Connerré, Pont-de-Gennes et sur la partie de notre commune habitée par le chemin de Barrois; Crémillé (domaine du Gaulois Crémus), Poillé, devenue Poyet (domaine de Paulus), et la Rigaudaine (domaine du Germain Rigoald), étaient de moindre importance. Tuile-Creuse révélerait pareillement une occupation gallo-romaine. Suivant la ligne d'intersection entre les deux zones définies plus haut, le chemin médiéval de Montfort vers Marolles était emprunté par les emboucheurs normands (personnes en charge de l'engraissement des animaux pour vendre leur viande) qui, par Alençon et Bouloire se rendaient vers les élevages du Poitou. C'est sur cet itinéraire, à proximité de la source du Lombron, fontaine consacrée à Saint-Martin lors de l'introduction du christianisme dans le Maine, que notre bourg se développa naturellement.
   L'agglomération médiévale d'origine était, selon la tradition, située au lieu-dit "Bresteau". L'un de seigneurs de Bresteau, Guillaume de Braitel, connu sous le nom de "Croisé de Lauresse" a son tombeau au cimetière Saint André de Pont de Gennes (aujourd'hui Montfort le Gesnois). Il est à noter que deux seigneurs de Lombron participèrent à l'épopée des croisades : Guillaume de Braitel à la première en 1096 (Il en revint en 1116 et rapportait une précieuse relique qui fut déposée en grande pompe au trésor de la cathédrale du Mans ) et un siècle plus tard, en 1190, Hugues des Monts, sire de Lauresse parti en compagnie de Richard Coeur de Lion (qui se maria avec la célèbre Bérengère de Navarre à Chypre le 12 mai 1191) Au cours de cette croisade, Hugues des Monts, sire de Lauresse fut fait Sénéchal d'Antioche, une très haute distinction.
   Au centre de l'actuel village se trouve l'église Saint Martin. L'abside, qui peut être datée du XIe siècle, serait la partie la plus ancienne de l'édifice. La chapelle "de Lauresse" a été voutée entre 1450 et 1460.
   Autres éléments remarquables, un banc seigneurial en bois, du XVIe siècle, gravé au armes des LAVAL-BOISDAUPHIN ainsi qu'une chasuble sont classés Patrimoine Historique Religieux.
   Deux lavoirs, des maisons de tisserands du XVIIIe siècle et une croix "boissée" font également partie des richesses lombronnaises.
   Les châteaux de Lauresse (milieu du XVIIe siècle) et de L'Aunay (ou Grande Maison) (XVe à XXe siècle) sont des demeures privées.
   
   (Voir aussi la rubrique "Patrimoine architectural" sous l'onglet "Notre commune")

 

Les chemins de randonnées

  De nombreux chemins de petites et moyennes randonnées permettent de découvrir la faune et la flore locale ainsi que quelques sites remarquables. La commune de Lombron est dotée de six itinéraires de randonnées pédestres.

   Cliquez ici pour découvrir les chemins de randonnées.

 

Plan de la Commune

Cliquez ici pour accéder au plan de la commune